Accouchement par césarienne

La césarienne est une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie locale (ou plus rarement générale) au cours de laquelle le bébé naît à l’aide d’une incision dans l’utérus. Elle peut être pratiquée dans l’urgence ou programmée à l’avance. Environ 2/3 des césariennes sont programmées à l’avance et 1/3 sont décidées en cours du travail/accouchement. Le taux de césarienne est variable d’un pays à l’autre mais se situe entre 20-25% des accouchements en Belgique.

Indications de césarienne

Il existe quelques indications absolues de césarienne mais, plus souvent, la décision est prise en fonction d’une association de facteurs individuels. Il est important que vous participiez à cette décision et que vous vous sentiez correctement informé et à l’aise avec la décision prise.

  • Indications maternelles – Certaines femmes peuvent souffrir d’une condition médicale qui ne leur permet pas de mener une grossesse jusqu’au terme prévu ni de subir l’effort d’un accouchement par voie basse. Il existe également certaines pathologies du pelvis ou du bassin qui peuvent rendre un accouchement par voie basse compliqué voir risqué. Un antécédent de plusieurs césariennes ou de certaines chirurgies au niveau de l’utérus serait également une indication de césarienne
  • Indication liées au bébé – Certains bébés sont atteints d’une pathologie qui les rend moins capable de tolérer un accouchement par voie basse (par exemple, certaines malformations congénitales ou un retard de croissance très important). Le fœtus peut également être dans une position qui rend un accouchement par voie basse compliqué (par exemple une présentation par le front ou l’épaule ou un fœtus en position transverse). Une césarienne peut s’avérer nécessaire lors du travail ou parfois avant le travail si l’on trouve des signes de souffrance chez le bébé (anomalie du rythme cardiaque, diminution de mouvements du bébé ou arrêt de la croissance).
  • Echec de travail ou travail obstructif – Il arrive que le bébé ne « passe pas » par voie vaginale. Ceci peut être dû à la taille de l’enfant ou à la taille ou la forme du bassin de la maman. Plus souvent, un travail obstructif est dû à la position que bébé prend lors du travail (par exemple, s’il se tourne le dos contre votre dos). Il est souvent difficile de savoir qu’un accouchement sera obstructif avant le début du travail.
  • Indications liées au placenta – Dans certains cas, le placenta est positionné bas dans l’utérus et peut « bloquer » le passage du bébé (un placenta prævia), dans cette situation une césarienne sera nécessaire. Le placenta peut également se « détacher » de l’utérus (un décollement placentaire), celui-ci peut mettre en danger le bébé et nécessitera une césarienne.      

Pour une femme en bonne santé qui a vécu une première grossesse non compliquée, le risque d’une césarienne s’élève autour de 15%.

Les risques d’un accouchement par césarienne

La césarienne est une intervention chirurgicale qui porte peu de risques dans le monde développé. Il existe toute même des complications pour la maman et pour le bébé qui sont plus fréquentes que pour un accouchement par voie basse. Pour la maman, il existe des risques d’infection, d’hémorragie, de thrombose veineuse et les risques associés à l’anesthésie. De plus, une césarienne peut augmenter le risque pour les futures grossesses (risque d’une rupture de la cicatrice sur l’utérus ou de la mauvaise implantation du placenta – un placent accreta). Comparé avec les bébés nés par voie basse, les bébés nés par césarienne sont plus susceptibles d’avoir une détresse respiratoire immédiatement après la naissance. Les complications importantes restent heureusement très rares. En vu de ces risques, les médecins tenteront, dans la mesure du possible, de réaliser un accouchement par voie basse.

La chirurgie et la salle d’opération

En général une personne de votre choix sera autorisée à rester auprès de vous lors de la césarienne. Cette personne sera assise à vos côtés. La majorité des césariennes sont réalisées sous anesthésie locale (une épidurale ou une rachidurale). Un écran sera placé pour que vous ne voyiez pas la chirurgie. Vous aurez des sensations de mouvement et de pression mais pas de douleurs. Vous entendrez l’équipe parler, souvent une musique mise dans la salle d’opération. La chirurgie sera réalisée par moi même avec l’assistance d’un de mes collègues. A sa naissance, bébé sera accueilli par une sage femme et placé en peau à peau contre vous. Si bébé a besoins de soins particuliers, ceux-ci sont réalisés près de vous. La fermeture de l’incision après la naissance du bébé prend environ 30-40 minutes. Normalement, une suture résorbable (qui ne doit pas être retirée) sera utilisée.

Après l’intervention, vous serez transférée vers la salle de réveil (à côté de la salle d’opération) pour une surveillance pendant plus ou moins une heure. Votre bébé et la personne qui vous accompagne resteront près de vous. Si vous avez choisi d’allaiter, l’accoucheuse vous aidera avec la première mise au sein. Une sonde urinaire (placé juste avant la chirurgie) restera en place jusqu’au lendemain de la chirurgie. Quand l’effet de l’anesthésie diminue vous sentirez des douleurs et des tiraillements au niveau de l’abdomen. Des antidouleurs vous seront proposés régulièrement. Les douleurs diminuent dans les jours qui suivent l’intervention et vous serez encouragée à vous mobiliser le plus rapidement possible (en général dès le lendemain de la chirurgie).

Manger et boire

Vous pouvez boire de l’eau rapidement après la chirurgie et ensuite manger et boire librement 24 heures après l’intervention. Dans certain cas, la motilité de l’intestin reste pauvre pendant un ou deux jours, dans ce cas-ci vous devrez être plus prudente avec la reprise de l’alimentation. Il est courant d’avoir des crampes ou des douleurs abdominales lors de la reprise du transit intestinal.

Rentrée à la maison

La durée du séjour à la maternité est d’environ 5 jours. Lors de votre séjour et dans les 10-15 jours qui suivent votre sortie à la maison, vous vous sentirez limitée dans vos mouvements et vos efforts. Ceci peut rendre le quotidien (les soins au bébé, les sorties) plus difficile. N’hésitez pas de vous faire aider si possible et à en parler avec le personnel soignant. Certaines femmes ressentent un sentiment de déception après un accouchement par césarienne (en particulier si ce n’était pas programmé). Il est important d’en discuter avec le personnel soignant. Vous aurez également l’occasion d’en discuter avec moi lors de votre séjour à la maternité et de votre visite post-natale (6 semaines après l’accouchement).